Le mobil-home de demain // Tomorrow’s mobil-home

This slideshow requires JavaScript.

 

L’essence du mobil-home est d’être reproductible et transportable. Nous recyclons donc des conteneurs, symboles du voyage et de l’économie. Comment concevoir une architecture réplicable et adaptée ? Comment constituer un parc résidentiel de loisir spécifique et local, avec des éléments standardisés ? Nous partons d’un postulat : l’architecture de vacances doit laisser un minimum de trace. Elle doit être fortement adaptée, conformée au site tout en le respectant. Nous proposons donc une structure dépendante de son environnement, accueillant une unité d’habitation elle-même dépendante de sa structure. C’est dans ce système d’interdépendance que la relation à ce site privilégié peut être conformée, adaptée. Elle se développe ainsi organiquement à la lisière du bois : un système de passerelles, de rails et de poteaux, les plus légers possible, s’insinue entre les troncs, respectant ainsi l’implantation des arbres. Cette organisation est pensée comme un prolongement poétique de la structure forestière : l’hiver, en l’absence de vacanciers, un squelette aérien, vide disparaît au sein de la futaie. En été, les unités d’habitation viennent s’insérer dans ce réseau, comme autant d’indices de vie, laissant une trace minimum, une empreinte non pérenne. Le conteneur devient ainsi une unité modulaire, non autonome, qui composera les différents organes vitaux de la structure : espaces collectifs (de réception, de restauration), espaces techniques (de traitement des déchets, de production d’énergie propre), espaces de loisir (piscine, jeux pour enfants), et l’espace d’habitation lui-même. Le corps de l’unité d’habitation est constitué du salon/salle à manger et s’ouvre sur une grande terrasse. Les extrusions forment les deux chambres et la bande servante (contenant la cuisine, les toilettes et la salle de bain).

The mobil-home is, in essence, reproducible and movable. So we recycle container, symbols of journey and economy. How to think an architecture reproducible and adaptable ? How to imagine a residencial parc for leisure, specific and local, with standardized elements ? We think : The architecture for holydays should not leave any marks. It has to be highly adapted and complied with the site. So we propose a structure, dependent on the surroundings, hosting home units dependent on the structure. By the interdependence the relation with the site can be conformed, and adapted. It’s develop on the border of the woods, taking profit of its environment as well as respecting it. Slim footbridges, tracks and columns are waving between the tree trunks. It respects the position of the trees and opens the views on the lake. The system is like a poetic extension of the forest structure. By the winter, when thereis no holidaymaker, a floating skeleton, empty, disappear in the grove. During the summer, the home units fit in the web, like life signs, leaving minimal marks, no lasting inprint. The containers are in the structure nonautonomous modular units. They compose the shared organs of the structure : collective space (reception, restaurant), technical space (waste treatment, clean energy production), fun space (swimming pool, kids playground) and, of course, housing. The core of the house is the container. From this core come out the bedrooms and the service equipments. (kitchen, toilets and bathroom).

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s